Les gènes DLA et leurs énoncés

dla1.jpg
dla2.jpg

Les Tests DLA et Diversité Génétique

La détermination du DLA

Comme chez l'homme, il existe de nombreuses maladies génétiques chez le chien, souvent avec un risque beaucoup plus élevé que l'homme. La raison est à chercher dans l'élevage sélectif de nos races canines actuelles, issues de quelques individus originaux. Souvent, les chiens étaient utilisés pour la reproduction alors que des parents proches ou des individus étaient trop présents dans les races afin de maintenir des caractéristiques phénotypiques définies telles que la taille ou la forme du corps, la couleur du pelage ou le comportement. La consanguinité peut également entraîner une altération dramatique du système immunitaire, comme les maladies auto-immunes ou le cancer. Il n'est donc pas surprenant que de telles maladies constituent un problème sérieux dans la population de chiens de race.

Une zone définie du génome du chien sur le chromosome 12 (Fig. 1), appelée complexe MHC (Major Histocompatibility), contribue de manière significative à la santé de l'animal. Voici de nombreux gènes nécessaires au bon fonctionnement du système immunitaire. Une certaine zone de ce complexe du CMH est attribuée aux gènes dits DLA, pour chien - leucocyte - antigène (serait-ce grammaticalement quelque chose comme le virus VIH ?). Les DLA assument diverses fonctions importantes dans le système immunitaire, telles que la défense contre les virus ou les bactéries.

Fig. 1 : Représentation du complexe MHC sur le chromosome 12 du chien. Chacun des 3 gènes du CMH de classe II

présentés se présente sous différentes formes, appelées allèles, qui diffèrent les unes des autres à des positions individuelles dans l'ADN.

Les gènes du CMH sont divisés en trois classes différentes, selon leur fonction. Les gènes de classe II, auxquels sont comptés DRB1, DQA1 et DQB1, font partie de la phase précoce de la défense immunitaire. Ils reconnaissent les substances étrangères démembrées et les transmettent à d'autres cellules du système immunitaire, ce qui les rend inoffensives. En raison de l'immense variété de matériel étranger, la présence de différents allèles, c'est-à-dire de différentes copies d'un même gène, est d'autant plus importante.

Parfois, environ 170 versions différentes des gènes DLA ont été trouvées dans différentes races (Kennedy et al. 2007). Ils se présentent sous diverses combinaisons possibles, appelées haplotypes. Malheureusement, beaucoup de nos races de chiens n'ont aujourd'hui qu'une variété très limitée de gènes DLA. Cet appauvrissement génétique des gènes DLA entraîne une susceptibilité accrue aux maladies auto-immunes. La variabilité est essentielle pour ces gènes du système immunitaire car ce n'est qu'alors qu'ils sont capables de réagir à différents virus, bactéries ou autres envahisseurs étrangers dans le corps. La diversité des gènes DLA peut être testée sur la base de l'ADN du chien et représente ainsi une étape importante vers la lutte contre les maladies auto-immunes.

Une augmentation significative des maladies auto-immunes a été observée chez les chiens, en particulier ces dernières années. Dans ces formes particulières de maladie, le système immunitaire est dirigé contre son propre corps et reconnaît à tort les propres structures du corps comme étrangères. Le système immunitaire s'efforce d'éliminer ce « corps étranger », ce qui peut entraîner une grande variété de maladies auto-immunes. Des milliers de ces maladies ont été décrites à ce jour. Des exemples individuels de maladies liées aux gènes DLA (Kennedy et al. 2007) comprennent : le diabète, les rhumatismes, la polyarthrite, l'hépatite chronique, l'hypothyroïdie, l'hypoadrénocorticisme (destruction des glandes surrénales), etc.

Déclaration relative à la reproduction

Chaque race a sa propre combinaison de gènes DLA spécifique. Ceux-ci reflètent l'histoire de la population de races individuelles, ainsi que les pratiques d'élevage. En déterminant les gènes DLA, une possibilité peut être créée de maintenir en grande partie la diversité des gènes si les méthodes de détection génétique sont utilisées dans les programmes de sélection (voir Fig. 2).

La procédure pourrait ressembler à ceci :

Les gènes DLA de la chienne reproductrice sont analysés à l'aide de méthodes de détection génétique, de même que les gènes de différents reproducteurs potentiels.

Les combinaisons de gènes résultantes (haplotypes) des animaux sont comparées entre elles et ce mâle est suggéré pour la reproduction, qui diffère autant que possible de l'haplotype de la chienne.

La progéniture reçoit ainsi différentes combinaisons de gènes des animaux parents. Cependant, si la chienne et le chien reproducteur ont les mêmes haplotypes, la progéniture ne peut qu'hériter de ceux-ci, ce qui entraîne une restriction génétique de la lignée mais aussi de la race.

Fig. 2 : Héritage des différents haplotypes de la mère et du père. Les gènes DLA sont transmis à la génération suivante par blocs de trois.

Les allèles des haplotypes sont répertoriés verticalement comme suit : DRB1, DQA1 et DQB1. Kennedy et al. (2007) Études sur la famille canine, antigènes tissulaires.

Il est important de mentionner que l'exclusion des autres mâles ne dit rien sur la "qualité de reproduction" du chien. Par rapport à une autre chienne, celles-ci pourraient être mieux adaptées. Le facteur décisif est la combinaison des deux animaux.

En testant autant d'animaux reproducteurs que possible, les clubs de race peuvent également collecter des informations pertinentes sur la maladie. Si, par exemple, il y a plus de maladies chez le chien, une comparaison avec les résultats DLA obtenus peut permettre d'établir un lien avec certaines combinaisons de gènes. Si de telles combinaisons qui provoquent ou favorisent la maladie existent réellement, la reproduction peut être planifiée à l'avenir de telle sorte que précisément ces combinaisons soient évitées autant que possible dans la progéniture. Cependant, cela suppose qu'autant d'informations que possible sur les différents animaux reproducteurs soient disponibles.

Pour cette raison, nous avons développé l'analyse d'haplotype DLA et, grâce au test ADN, nous pouvons désormais vous proposer une détermination et une analyse génétiques complètes.

 (Traduit de l’Allemand)

Source Laboratoire FERAGEN

 

https://feragen.at

LOGO FERAGEN.jpg